Restauration : vers un salaire au mérite ?

6 min read
0
Restauration : vers un salaire au mérite ?

Selon Europe 1, l’Union des métiers de l’industrie hôtelière (UMIH) imagine la création d’une part variable dans la rémunération des garçons de café et des serveurs. Fini le « service compris » de 15 % ? Place aux « tips » ?

Les Français sont-ils prêts ?

L’objectif d’une telle démarche, selon l’UMIH, est de « revaloriser la carrière des serveurs y compris avec une formation plus longue à l’image des sommeliers, afin qu’ils deviennent de véritables “experts du goût” ».

« Un serveur ne doit pas être un simple porteur d’assiettes, il doit avoir une vraie expertise », s’est exprimé Roland Héguy, président de l’UMIH, sur l’antenne de la radio nationale.

Toujours selon Roland Héguy, cette part variable devrait encourager les salariés. « En France, le service n’est pas le point fort », admet Roland Héguy. « On doit donc former des serveurs pour qu’ils soient souriants, pour qu’ils aiment faire plaisir (…). On doit professionnaliser ce travail, créer de vraies vocations ».

Le client, seul juge ?

Si cette part variable est appliquée, ce sera donc au client de choisir s’il souhaite ou non donner plus… ou moins. « Une mesure “à double tranchant” pour les serveurs », estime un client au micro d’Europe 1 avant de conclure : « Quand on a la possibilité de donner, cela veut dire qu’on a aussi la possibilité de ne pas donner… ».

Roland Héguy

Une prime d’intéressement ?

« Un salaire fixe minimum sera maintenu pour ne pas basculer dans une rémunération uniquement au pourcentage », tient à préciser le président de l’UMIH qui souhaite également qu’il y ait « une prime d’intéressement pour tous les salariés ». « Ils toucheraient ainsi un pourcentage (des dividendes) sur les bénéfices supplémentaires que réalise leur café ou leur restaurant ».

Le ministre Pierre Moscovici de l’Économie également interrogé par Europe 1 a indiqué que la proposition sera « examinée » avant de prévenir : « La restauration ne doit pas devenir un précariat généralisé ». En effet, face au relèvement de la TVA de 7 à 10 % dans la restauration en 2014, la profession se prépare déjà à un nouveau coup dur.

Load More Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Tabac et CHR : la revente en suspens

L’Assemblée nationale vient d’adopter un amendement afin d’interdire la revente de tabac p…