tri-selectif-pour-les-restaurateurs

Depuis le 1er janvier 2016, l’état a modifié la loi Grenelle 2.

Cette loi prévoyait, en 2015, l’obligation de procéder au tri sélectif quand la production de biodéchets de la part des restaurateurs excédait les 20 tonnes.
Aujourd’hui, le seuil est de 10 tonnes, ce qui corresponds à environ 240 couverts par jours.

La sanction encourue pour le non-respect de cette loi est une peine d’emprisonnement de 2 ans et 75 000 € d’amende.

Quelques chiffres

Reliefs de repas, épluchures, aliments périmés, restes,…
Le secteur de la restauration est considéré comme étant l’un des secteurs qui produit le plus de déchets biodégradables, environ 900 000 tonnes.
L’objectif principal de la loi Grenelle II étant que 75% des déchets non dangereux d’activités économiques soient recyclés le secteur de la restauration est, par conséquent, pris à partie.

À savoir : les huiles alimentaires disposent d’un statut spécifique. Elle doivent faire l’objet d’un stockage, d’une collecte et d’un traitement adapté.

Les solutions proposées

Il existe plusieurs organisations professionnelles donnant des recommandations permettant aux restaurateurs de réduire leurs déchets : transformation des produits restants, dons à des associations et les célèbres “doggy bags”.

Ce sont bien entendu des conseils et leur application n’est pas obligatoire.
Cependant ils permettent la réduction de déchets et donc de perte, favorisant aussi l’anti-gaspillage qui est l’un des objectifs de la loi Grenelle II.

Pour le reste, il est possible, si le restaurant ne possède pas de composteurs, de faire appel à un prestataire extérieurs.

Pour en savoir plus sur les mesures, contactez votre collectivité locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *